MEMBRES DANS LE GROUPE
MESSAGES SUR LE MUR
Bienvenue chez le Paint Horse


Paint Horse ou Pinto?


Aujourd’hui, parce qu’il existe aux Etats-Unis deux registres, un pour le Paint Horse et un pour le Pinto, ces deux termes désignent clairement deux types de chevaux différents.

La Pinto Horse Association (PtHA) enregistre des chevaux de plusieurs races (chevaux, poneys et miniatures) qui satisfont les exigences minimales établis par ce registre (essentiellement de couleurs).

L’APHA enregistre seulement des chevaux d’origines connues, issus des parents d’un des trois registres reconnus - l’American Paint Horse association, l’American Quarter Horse association et le Jockey club ou son équivalent étranger (Pur-sang anglais) - qui ont le minimum de blanc requis pour être enregistrés dans le registre "regular".

Quelques chevaux peuvent être doublement enregistrés avec l’APHA et le PtHA, s’ils satisfont les standards établis par les deux registres. Cependant, il n’y a pas de lien entre les deux registres. Chaque association fonctionne sous la direction d’un comité de direction séparé et a des règles et des conditions d'enregistrement différents.


Un peu d'histoire


L’histoire du Paint Horse débute au XVIe siècle !

Les origines du Paint Horse en Amérique du nord remontent aux deux chevaux importés par les explorateurs espagnols, descendants des chevaux d'Afrique du nord et d'Asie mineure. L'explorateur espagnol Hernando Cortes en particulier partit à la conquête du nouveau monde en emportant dans ses cales quelques chevaux, dont quelques chevaux dits « pintos » c’est-à-dire avec des taches blanches.

Au début des années 1800, on retrouve dans les troupeaux de chevaux sauvages des plaines américaines plusieurs chevaux tachés.
Capturés et apprivoisés, ces montures parcoururent des milliers de km aux cotés des troupeaux de bisons aussi bien que du bétail.

De part leurs couleurs et leur capacités, ces chevaux deviennent alors rapidement la monture préférée des Indiens d'Amérique, dont les Comanches, reconnues fins cavaliers. On a en effet retrouvé de nombreuses peintures rupestres montrant cet engouement pour les ancêtres des Paint Horses.







Les Indiens comme les cowboys sélectionnèrent des chevaux robustes, éclaboussés de couleurs.

Avec le temps, les éleveurs ont amélioré progressivement la conformation et les capacités sportives de ces descendants rustiques des mustangs et des poneys colorés.




Chaque génération a transmis ses couleurs particulières et uniques, créant le Paint Horse Américain.

Aujourd'hui, la conformation, l'intelligence naturelle et d'habiles dispositions font du Paint Horse un partenaire idéal pour l'équitation de loisir, le show, le travail du ranch, les courses, le rodéo, l'équitation d'extérieur, ou simplement un doux compagnon pour les enfants.




Couleurs et conformation


En terme d’effectif de chevaux, l’American Paint Paint Horse Association (APHA) est la 2eme association de race aux Etats-Unis sur le nombre total de chevaux enregistrés annuellement.
Bien que la couleur de la robe soit essentielle à l'identité de la race, la reconnaissance du Paint Horse américain passe par une identification génétique stricte et une morphologie caractéristique.

Pour être enregistré dans le livre de la race Paint Horse, le père et la mère d’un poulain Paint Horse doivent être eux-mêmes inscrits à l’APHA, à la AQHA (Association Américaine de Quarter Horse), ou au Jockey-Club (Pur Sang) et au moins un des parent doit être un Paint Horse.
L’enregistrement standard du Paint Horse ou « Regular Registry », nécessite que la robe comporte un minimum de poils blancs sur une peau dépigmentée (rose).


Morphologie

Bien que la couleur de la robe soit essentielle à l'identité de la race, le Paint Horse présente une morphologie caractéristique.

Il toise entre 1.45 et 1.60m. La tête est assez petite avec des yeux vifs et expressifs, de petites oreilles. Le garrot est peu prononcé et musclé, la poitrine ample et profonde. Son dos est court, ses cuisses très musclées et son arrière-main particulièrement puissante.



Couleur

Chaque Paint Horse révèle une combinaison particulière de blanc avec n'importe quelle couleur de robe : noir, bai, brun, alezan, grullo, crème, palomino, gris ou rouan … Les taches peuvent être de n'importe quelle forme mais d’une taille minimum d’une pièce de 1 dollar.

Les marques blanches sont bien définies sur le plan visuel mais également sur le plan génétique.

Bien que les variétés de couleurs et de taches du Paint Horse soient multiples, les robes sont regroupées en 3 classes bien définies : overo, tobiano et tovero, plus une catégorie de Paint dont le blanc n’est pas suffisamment présent, on dit alors de lui que sa robe est « solid ».

Ses couleurs, taches, associées à une conformation spécifique, ses capacités sportives et une nature agréable, font du Paint Horse un cheval de qualité très apprécié à travers le monde.


Robes


La race définit 4 types de robes : ovéro, tobiano, tovéro, et solid.



Ovéro

Le blanc ne traverse pas le dos du cheval de la point du garrot à la base de la queue. En général, au moins une jambe et souvent même les quatre sont de couleur foncée. Les marques blanches sont irrégulières, et plutôt disséminées, la queue est habituellement d'une seule couleur.

Robe bicolore ou tricolore.

Le fond est blanc (peau rose) + toutes les couleurs permises, y compris le gris et les robes rouannées (peau grise).

Le blanc ne traverse JAMAIS la ligne de dos, la tête comporte souvent une « belle face », les yeux bleus sont fréquents.

Un cheval de robe unie comportant une tache de plus de 10 cm de diamètre au-dessus de la ligne des genoux est considéré comme OVERO.






 frame ovéro








splash ovéro





Le blanc peut traverser le dos quand le cheval a la robe "splash ovéro" (voir les schémas du dessus)









sabino ovéro







Tobiano






  tobiano



La couleur foncée se trouve habituellement sur les flancs, tandis que le blanc traverse le dos du cheval. En général, les quatre jambes sont blanches, au moins en dessous des jarrets et des genoux. Les marques sont régulières et distinctement ovales ou rondes, elles s'étendent sur l'encolure et le poitrail, la queue est habituellement de deux couleurs.

Robe bicolore ou tricolore.

Le fond est blanc (peau rose) + toutes

les couleurs permises, y compris le gris et les robes rouannées (peau grise).

Le blanc traverse TOUJOURS la ligne de dos, la tête est généralement prise dans la couleur, le blanc ne touche JAMAIS les yeux.  Les jambes sont généralement blanches au moins jusqu’aux genous/jarrets. Un cheval à la robe majoritairement blanche dont la tête est colorée et dont le blanc ne touche pas les yeux est considéré comme tobiano





Tovéro







Certains sujets mêlent judicieusement les caractéristiques d'un tobiano et d'un ovéro : pigmentation foncée autour des oreilles, qui peut s'étendre jusqu'à couvrir le front et les yeux (présence d'un "bonnet", avec souvent l'un ou les deux yeux bleus. Pigmentation foncée autour de la bouche pouvant s'étendre de chaque côté de la face et même former des cercles et des taches et présence de taches de différentes dimensions sur le corps et très souvent à la base de la queue.

Robe bicolore ou tricolore.

Le fond est blanc (peau rose) + toutes les couleurs permises, y compris le gris et les robes rouannées (peau grise).

Le blanc traverse TOUJOURS la ligne de dos.

Le blanc touche TOUJOURS au moins un oeil. Les jambes sont généralement blanches.

On peut voir quelques tovero très colorés.








Solid color





Comme son nom l'indique, le cheval "solid" est de couleur unie.




Quelques réponses sur les mariages...

- TOBIANO x TOBIANO : résultat à priori tobiano (75 % de chances) mais possibilité aussi de sortir du tovero, de l’overo ou du solid (si par exemple les parents tobiano sont issus de tobiano x overo ou de tobiano x solid), seulement 25 % de chances de sortir un tobiano homozygote (qui peut aussi être tovero).
- TOBIANO HOMOZYGOTE x TOBIANO : résultat tobiano ou tovero (si par exemple le tobiano hétérozygote est issu d’un tobiano x overo ou tobiano x solid), possibilité de sortir un tobiano homozygote (qui peut aussi être tovero).
- TOBIANO HOMOZYGOTE x TOVERO : résultat tobiano ou tovero, possibilité de sortir un tobiano homozygote (qui peut être tovero).

- TOBIANO HOMOZYGOTE x TOBIANO HOMOZYGOTE : résultat 100 % tobiano homozygote

- TOBIANO x OVERO : résultat tobiano, tovero, overo ou solid, ne peut pas sortir de tobiano homozygote.

- TOBIANO HOMOZYGOTE x OVERO (ou solid) : résultat tobiano ou tovero, ne peut pas sortir de tobiano homozygote ni d’overo.

- TOVERO x TOVERO : résultat à priori tovero mais possible aussi tobiano, overo ou solid. A NE PAS FAIRE, sauf si les parents sont testés N/N pour le gêne LETHAL WHITE, possibilité de sortir un tobiano homozygote (qui peut être tovero).

- TOVERO x OVERO : résultat tovero ou overo mais possible aussi tobiano ou solid (très rare, suivant robes des générations précédentes).
A NE PAS FAIRE sauf si les parents sont testés N/N pour le LETHAL WHITE, ne peut pas sortir de tobiano homozygote.

- OVERO x OVERO : résultat overo ou solid. A NE PAS FAIRE sauf si les parents sont testés N/N pour le gêne LETHAL WHITE.

Toutes les réponses concernant la génétique et les critères américains figurent sur le site de l’APHA (American Paint Horse Association)



Le Gêne LETHAL WHITE






Le syndrome Overo Blanc Mortel (« Overo lethal white syndrome » ou OLWS) est une maladie héréditaire qui touche des poulains de robe blanche dont les deux parents sont généralement de robe Overo. Tous les poulains atteints de ce syndrome meurent dans les premiers jours de vie suite aux complications causées par une malformation intestinale.

Les poulains naissent avec une robe entièrement blanche et les mères sont généralement de robe Overo. À leur naissance, les ils semblent parfaitement normaux, mais dans la première journée de vie, ils montrent des signes d'inconfort et ne répondent ni aux analgésiques ni aux lavements administrés. Ils se révèlent incapables d'éliminer leur méconium. (Le meconium est le premier crottin du poulain, le résidu des échanges intra utérins entre sa mère et lui.) Les poulains meurent. C'est une mort douloureuse avant que l'ont puissent agir et pratiquer l'euthanasie.

Le "poulinage" des poulains atteints du OLWS se passe généralement sans difficulté particulière et les poulains paraissent normaux à la naissance. Ils développent un réflexe normal de succion 1 à 20 min après la naissance. Ils se lèvent dans la première heure qui suit la naissance et commencent à téter dans les deux premières heures. Cependant, ils présentent en général les premiers signes de colique entre 5 à 24 heures (moyenne : 13 heures) après la naissance. Ils regardent leurs flancs, refusent de se lever ou se roulent. Ces symptômes suggèrent une rétention de méconium. À la différence des poulains normaux atteints d'une simple rétention de méconium, les poulains atteints du OLWS n'arrivent jamais à l'évacuer. De plus, chez les poulains atteints du OLWS, le toucher rectal révèle un rectum vide.





Elevage


Le Paint Horse connaît un engouement particulier aux Etats Unis. En effet, l’American Paint Horse Association (APHA) est la 2eme association de race aux Etats-Unis par le nombre de chevaux enregistrés annuellement.

Reconnu en France depuis le 1er janvier 2005 avec la création du Registre Français du Paint Horse, il rassemble de plus en plus d’amateurs à travers l’hexagone.
La rusticité de la race permet un élevage en extérieur dans toutes les régions françaises .




Utilisation


La conformation, l'intelligence naturelle et d'habiles dispositions font du Paint Horse un partenaire très polyvalent, idéal en équitation de loisir ainsi qu’en compétition western (showmanship, halter, pleasure, reining, travail du bétail…).

Il est également parfaitement adapté à l'équitation d'extérieur (trail, randonnées), à l’attelage mais aussi à l’équitation classique (hunter, jumping, etc…).

L’accent doit être mis sur le mental froid et docile de ce cheval, critère essentiel de la sélection opérée au fil des années dans le berceau d’origine, qui en fait un cheval familial par excellence.

Par sa robe magiquement colorée associée à une conformation typique, ses aptitudes sportives, sa docilité et sa rusticité, le Paint Horse est un cheval de qualité très apprécié à travers le monde




Discipline Western



LE
HALTER

Dans cette épreuve les juges évaluent la conformation du cheval, ses bonnes conditions et ses grandes qualités physiques.
Les chevaux les mieux placés sont ceux qui se rapprochent le plus du modèle idéal. Dans cette épreuve, le cheval est montré en main. Sont jugés : sa beauté, son style, sa musculature et son équilibre.
Cette épreuve permet de reconnaître les meilleurs modèles pour la reproduction.









LE TRAIL

Dans cette épreuve, les chevaux sont jugés d’après leur habilité à franchir les obstacles rencontrés le long du parcours, et sur leurs réponses précises au cavalier.
Le but est de franchir les obstacles avec aisance, assez rapidement sans pour autant prendre de risque. Lors du parcours, on utilisera 6 obstacles, dont 3 sont obligatoires : la PORTE, qui doit être ouverte, franchie et refermée sans la laisser échapper, ou changer les rênes de main, puis, 4 BARRES placées au sol que le cheval franchira selon l’allure décidée par le juge ; le 3ème obstacle obligatoire est un RECULE. 











LE WESTERN RIDING

Le Western Riding permet d’apprécier l’aisance, l’intelligence et la souplesse du cheval qui doit être sensible, maniable et libre dans ses mouvements.
En effet, le cheval doit donner une impression agréable, confortable et calme, lorsqu’il franchit les obstacles. Sont jugés : les allures (trot et galop), les changements de pieds, la réponse au cavalier, le style et les dispositions du cheval.
Le parcours unique imposé comprend plusieurs obstacles dont une porte à franchir, une petite barre posée au sol, puis 8 cônes parmi lesquels le cheval doit slalomer, en effectuant des changements de pieds très précis. 









LE CUTTING

Le Cutting est une épreuve de tri du bétail. Le cheval est jugé sur la manière dont il se comporte face au bétail.
Lorsque le troupeau est paisible et rassemblé au fond de la carrière, le cavalier fait pénétrer son cheval au pas dans le calme, parmi le troupeau, afin de sélectionner une bête. Une fois que le veau est sorti calmement du troupeau, alors commence le travail du cheval qui consiste à maintenir le veau à l’écart de ses congénères. Le concurrent est assisté de 4 rabatteurs choisis par ses soins : deux cavaliers appelés Turnback Men empêchant le veau de dépasser les limites de l’aire de travail. Deux autres cavaliers appelés Herd Holders, gardent le troupeau groupé au fond du manège. Le concurrent dispose de 2 minutes 30 pour mettre en valeur les qualités de son cheval.












LE WORKING COW HORSE

Cette épreuve permet de démonter les capacités du cheval au travail du ranch : s’arrêter, repartir au galop facilement, faire des rolls backs souplement, tout en contrôlant le bétail.
Tout le style du cheval est jugé.
Le Working Cow Horse comprend deux parties obligatoires un pattern de reining, puis une partie travail du bétail appelé «Cattle Work». Ce travail commence par quelques passes de cutting, qui démontrent le «Cow Sense»du cheval.
Le cavalier laisse ensuite le veau courir sur une longueur de carrière, et doit alors lui faire effectuer un demi tour vers l’extérieur (roll back). Puis à nouveau une longueur, se teminant par un second roll back.
Le cavalier doit alors accompagner le veau sur 2 cercles, l’un à gauche, l’autre à droite.
Cette épreuve demande beaucoup de maniabilité de la part du cheval.










LE BARREL RACE

Comme le Pole Bending, le Barrel Race est une épreuve de vitesse chronométrée très appréciée aux Etats Unis.Il s’agit d’effectuer une course en trèfle autour de 3 tonneaux disposés en triangle. Les pénalités sont les mêmes que pour le Pole Bending.Cette épreuve de maniabilité met en valeur la rapidité, l’agilité et l’équilibre du cheval.















LE POLE BENDING

Ceci est une épreuve de vitesse chronométrée qui démontre la maniabilité du cheval et sa puissance au galop. Le cheval devra effectuer deux slaloms successifs autours de 6 cônes placés en ligne droite. Seul le temps mis pour effectuer ce parcours entre en ligne de compte pour le classement des concurrents. Toute erreur de parcours est éliminatoire. La perte du chapeau ou la chute d’un des cônes entraîne 5 secondes de pénalité.












LE REINING

Le Reining est une épreuve également très populaire aux USA. Le cavalier doit être parfaitement maître de sa monture.
Le cheval est noté sur la précision, la facilité, le calme et la vitesse avec lesquels il exécute le parcours choisi par le juge parmi les 6 parcours homologués par l’Association organisatrice. Le parcours s’effectue au galop et comprend des figures très spectaculaires telles que les spins (pivots sur arrière main), les sliding stops (arrêts glissés), les grands cercles à grande vitesse ou les petits cercles à petite vitesse avec changements de pieds, ....




















LE TEAM PENNING

On a décrit le Team Penning comme un mélange de Cutting et de Working Cow, avec l’amusement en plus.
Cette épreuve regroupe des équipes de trois cavaliers et un bétail de 30 têtes. Le bétail se tient d’un côté de l’arêne tandis que de l’autre côté se trouve un enclos. le bétail est numéroté de 0 à 9, 3 animaux ayant le même chiffre.
L’équipe constituée de trois cavaliers démarre du côté de la carrière oùse trouve l’enclos et va pour trier les trois bêtes d’un même numéro. Une fois les trois veaux triés, l’équipe les ramène de l’autre côté de la carrière pour les mettre dans l’enclos. Le bétail n’est pas manipulé lentement et soigneusement comme en cutting, car c’est une épreuve chronométrée qui peut se réaliser en moins de 30 secondes.
















Equitation Classique




LE DRESSAGE

Le dressage est une discipline essentielle la première pratiquée par le débutant qui devra tout au long de sa vie de cavalier affiner ses gestes et attitudes pour obtenir une attention optimum de sa monture. Les compétitions de dressage constituent l'évaluation de cette progression et de l'entente cavalier-cheval. Le couple évolue sur un terrain rectangulaire de 60m sur 20 et exécute une série de figures appartenant ˆ un programme imposé ou libre et en musique : la reprise. Ces figures s'effectuent à un endroit précis et à l'allure demandée. Pour aider le cavalier à prendre des repères et déclencher l'exécution des figures, des lettres sont disposées tout autour de la carrière. Le jury évalue l'aisance et la fluidité dans le déroulement du programme ainsi que la discrétion du cavalier lorsqu'il communique ses ordres à sa monture.
La précision de l'exécution, la soumission du cheval, la qualité des allures, l'impulsion et la position du cavalier en selle sont également appréciées et une note allant de 1 à 10 est donnée pour chaque figure. Lors d'une reprise, le cavalier peut être amené à exécuter des figures simples telles que la volte, et la demi-volte et des figures plus complexes comme le passage ou le changement de pied. Ces dernières, réservées aux épreuves de haut niveau, demande au cheval une concentration et une soumission sans faille. Le dressage est plus souvent comparé ˆ un art qu'à un sport. Le dressage est à la base de toute équitation puisqu'il permet à un animal de collaborer avec un homme dans une multitude de pratiques qui vont des jeux équestres, en passant par le saut d'obstacles et l'équitation de travail. Une entente qui a fait ses preuves depuis la nuit des temps.

















LE SAUT D'OBSTACLE
 
Ouvert à tous, le saut d'obstacle, n°1 en France, exige du cheval qu'il consacre toute son attention et sa puissance au service de l'homme qui le monte. Technique, agilité, vitesse et appréciation sont les ingrédients de cette pratique. Les cavaliers font aussi du saut d'obstacles pour le plaisir et les sensations qu'il procure. C'est une préparation à une équitation plus complète qui mènera le pratiquant vers des disciplines différentes où l'aptitude à franchir des obstacles est sollicitée : TREC, concours complet, balade, randonnée. Les barres et les éléments qui composent le CSO sont mobiles et tombent s'ils sont percutés. Le couple cavalier-cheval doit franchir ces obstacles dans un ordre précis et en un temps donné. Des pénalités en points ou en temps sont attribuées en cas de refus, de chute ou de barres qui tombent. La chute du cavalier est éliminatoire. Cette discipline demande au cavalier et à son cheval un accord parfait car de nombreux paramètres tels que l'impulsion, la vitesse, la trajectoire, le nombre et la longueur des foulées doivent se combiner afin de garantir un parcours sans faute.

L'appréciation du cavalier et la bonne communication qu'il aura avec son cheval seront les garants de cette réussite. Lors des compétitions, c'est le chef de piste qui est chargé de l'élaboration des parcours. Puis, c'est le temps de la " reconnaissance ", le cavalier découvre à pied les obstacles, leurs difficultés techniques et mémorise leur ordre et leur sens de franchissement. En règle générale, 2 méthodes sont utilisées pour l'appréciation des parcours : le barême A avec des pénalités en points selon les fautes commises et le barême C, qui transforme les fautes en secondes additionnelles ajoutées au temps du parcours. Dans un cas, il faut faire le moins de points possibles, dans l'autre le moins de temps possible. Les chevaux utilisés sont de toutes races et de toutes les tailles. L'important étant l'adéquation entre le niveau du cheval et la difficulté du concours. Bien sûr, les Selles Français sont très présents dans cette discipline équestre. Aujourd'hui, la France est très impliquée dans l'organisation de compétitions nationales et internationales de sauts d'obstacles.



















LE CONCOURS COMPLET D'EQUITATION

Les concours regroupant les meilleurs cavaliers internationaux comportent, le plus souvent, 4 phases dans l'épreuve de fond : 2 routiers, un steeple-chase et le cross. Les concours nationaux ne comportent qu'une phase dans l'épreuve de fond : le cross. Toutefois, l'évolution des règlements, notamment olympiques, tend à rapprocher la formule nationale de la formule internationale (le cross seulement, sans routiers ni steeple). Le concours complet débute toujours par une épreuve de dressage. Evoluant sur un terrain rectangulaire, les concurrents effectuent un enchaînement de figures imposées en utilisant les trois allures. Lors de cette épreuve, les juges apprécient la souplesse, l'élégance et la précision du couple cavalier-cheval.
Suit l'épreuve de fond dans laquelle se situe le cross. Epreuve de loin la plus sélective des épreuves de fond. Les concurrents suivent un itinéraire qui épouse la configuration des lieux. Des obstacles fixes sont à franchir en un temps limité.
Pour les obstacles qu'il juge périlleux, le cavalier peut faire le choix d'emprunter les options, il s'agit d'alternatives moins difficiles techniquement mais qui nécessitent de parcourir plus de terrain et donc pénalisantes dans le temps. Le saut d'obstacles conclut l'événement et révèle le classement final. Cette épreuve teste principalement la capacité de récupération du cheval, la technicité et le respect des barres. C'est justement parce qu'il est exceptionnel par l'intensité de l'effort que les mesures concernant la surveillance des chevaux sont draconiennes. Des contrôles vétérinaires ponctuent les épreuves afin de surveiller le rythme cardiaque, la respiration et la récupération des chevaux, les vétérinaires détectent les éventuelles boîteries et tous signes de fatigue. Un cheval qui ne donne pas satisfaction lors de ces contrôles ne sera pas autorisé à poursuivre les épreuves. Audace, rapidité, équilibre... La franchise et la générosité du cheval sont très largement mises à l'épreuve dans cette discipline d'exception dont l'origine remonte au siècle dernier.



















l'Attelage

Cette discipline de tradition où une voiture est attelée derrière un ou plusieurs poneys / chevaux comporte jusqu’à 3 tests : dressage, marathon et maniabilité. Ces épreuves valident la compétence et l’habileté du meneur et permettent de tester la bonne condition physique, la franchise, la soumission et la souplesse des poneys / chevaux.











Les concours complets d'attelage sont composées de trois épreuves :


  • Le dressage : une reprise est effectuée et les concurrents sont notés sur le style, l'impulsion et la qualité des allures, mais aussi sur la présentation de l'attelage. Le meneur est jugé sur sa maîtrise de l'attelage et sa technique équestre. La carrière doit mesurer 40 x 100 m ou 40 x 80 m au minimum.












  • Le marathon : épreuve chronométrée, elle se déroule sur des sections différentes, chacune permettant de juger le meneur sur un parcours en terrain varié, la vitesse, la maniabilité et les capacités physiques des chevaux. Certaines sections sont de la route, avec allure libre ou imposée (pas ou trot), tandis que d'autres abritent des obstacles naturels ou artificiels : dévers, gué, chicanes, rampes, … Les obstacles au nombre de 5 à 8 sont chronométrés individuellement. Le marathon est aussi appelé "Derby" en Suisse Romande.












  • L'épreuve de maniabilité : elle s'effectue sur des circuits jalonnées par 16 à 20 portes balisées par des balles posées sur des cônes, dont un côté est vertical et l'autre en biais. Les pistes peuvent être aménagées dans une carrière d'équitation mais la dureté du sol est indispensable. Comme en CSO, les pénalités sont infligées lors de dépassement de temps ou pour chaque balle tombée.








Ne prenez pas les images, merci!



Le groupe accueille un nouveau membre : -Eden-.

Il y a 6 ans, 642 h et 5 min

Chapeau pour la fiche !

Il y a 6 ans et 3 mois

Merci, ayant une jument de cette race, ça aide, de plus je demande conseil chez les éleveurs où je l'ai acheté, ce sont des amis, c'est une race magnifique et stupéfiante, je le vois avec ma jument, elle est très proche de nous et gentil comme tout ;-)

Il y a 6 ans et 3 mois

Oui c'est sûr, et c'est vrai que ta jument est belle !

Il y a 6 ans et 3 mois

Merci pour elle ^^

Il y a 6 ans et 3 mois

Le groupe accueille un nouveau membre : JulieDecoster.

Il y a 6 ans et 3 mois
Le groupe accueille un nouveau membre : oceannedesbiens.

Il y a 6 ans et 3 mois
Le groupe accueille un nouveau membre : bessie32.

Il y a 6 ans et 3 mois
Le groupe accueille un nouveau membre : melodielol.

Il y a 7 ans, 170 h et 52 min
Le groupe accueille un nouveau membre : steffymarmouze.

Il y a 7 ans, 313 h et 4 min
Le groupe accueille un nouveau membre : Coco1003.

Il y a 7 ans et 3 mois

Bravo pour la fiche !

Il y a 7 ans et 4 mois

Merci, ayant une jument de cette race ça aide, sans parler d'internet ;-)

Il y a 7 ans et 4 mois

Oui ça c'est sur ;)

Il y a 7 ans et 4 mois

Le groupe accueille un nouveau membre : IDOLE02.

Il y a 7 ans et 4 mois
*pégases*

1 membres

A.D.C.P.H

4 membres

Voir la suite